La Charge du Rhinocéros est une structure de production/diffusion théâtrale et de coopération culturelle. Elle accompagne des artistes de la Fédération Wallonie Bruxelles et développe de nombreux projets dans le pourtour méditerranéen et en Afrique subsaharienne.

La Charge du Rhinocéros est née aux débuts des années 2000, elle s’est faite un nom en développant des projets d’envergure notamment à Haïti ou plus tard en Afghanistan. Dans les années 2010, la Charge du Rhinocéros recentre son activité en production/diffusion laissant de côté la coopération culturelle qui avait marqué ses premiers pas dans le milieu théâtral.

En 2017, la structure connaît de gros changements : équipe, direction, locaux et en toute logique, changement d’orientation. La Charge du Rhinocéros reste active en production/diffusion de spectacles, elle poursuit son accompagnement d’artistes de la Fédération Wallonie Bruxelles qu’ils soient émergents ou plus reconnus. Elle favorise leur décentralisation un peu partout dans la fédération mais aussi au-delà en francophonie en s’appuyant sur ses réseaux et son expertise.

Mais 2017 marque surtout le retour de la charge du rhinocéros à l’international !  Elle s’implante dans de nouveaux territoires : la Méditerranée (Espagne, Maroc, Tunisie) et plus loin encore l’Afrique subsaharienne (Sénégal, Burkina Faso, République Démocratique du Congo). Cette coopération retrouvée est marquée du sceau de la collaboration et de l’échange. Tous les spectacles développés avec les artistes à l’étranger se construisent entre ici et là-bas. C’est la création d’un répertoire commun se dessine en filigrane. Paradoxalement jamais le reste du monde n’a semblé si proche, en ces heures troubles où les frontières se ferment à nouveau !

Dans ce contexte, La Charge du Rhinocéros a pour objectif de construire du commun et de participer modestement dans ses projets à construire des ponts là où d’autres ne cessent de vouloir ériger des murs.