Delestage

Alors c’est ok foutez-moi dans l’avion !

De et avec David-Minor Ilunga

Mise en scène Roland Mahauden

Présentation

Un jeune Congolais sans papier est arrêté lors d’un contrôle policier. Suspecté d’être un terroriste potentiel – on est au lendemain des attentats de Bruxelles, de Nice – il est interrogé par 2 policiers avec lesquels il partage par ailleurs une même passion pour l’EURO 2016 de foot. Mais ce soir-là les Diables Rouges perdent le match contre le Pays de Galles. Il est transféré en centre fermé. Là, face à une avocate commise d’office peu motivée, il parle de son pays, de ses délestages en tous genres, une suite d’anecdotes tantôt poignantes, tantôt hilarantes que David appelle des ‘’ kinoiseries ‘’…

Oscillant sans cesse entre stand-up et théâtre, les répliques déferlent tantôt rageuses, tantôt empreintes de mélancolie. Avec en vrac : la Cour pénale de La Haye, les migrants musulmans en Union Europaïenne, les délestages, le terrorisme, les pasteurs auto-proclamés, les oscars à Hollywood-bananias, à Nollywood, au nom du coltan, du coltan et du coltan, le prophète Kinbamgu versus Nyarkos, le prophète de la sape, la rumba des kalachs et le ndombolo-couper-décaler des élections libres, démoncratiques et trans-apparentes… Les mots de David Ilunga sont congolais, ils percutent nos consciences tout en nous arrachant des rires surpris.

Distribution/Mentions 

Auteur/comédien David Minor Ilunga
Metteur en scène Roland Mahauden
Lumières Xavier Lauwers
Scénographie Olivier Wiame

Une co-production La Charge du Rhinocéros, Le Théâtre de Poche, Le Tarmac – Scène Internationale francophone (Paris), les Récréâtrales de Ouagadougou (Burkina Faso) avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International, la Loterie Nationale et le Tarmac des Auteurs (Kinshasa)

Informations pratiques

Durée : 1h15
Public : Tout public
Code Art et vie :

Ce qu’en dit la presse

« ..À bientôt 30 ans, ce jeune kinois est l’un des auteurs les plus prometteurs du théâtre congolais contemporain. »
Trésor Kibangula – Jeune Afrique

« … Arrivant à Bruxelles peu après les attentats de Maelbeek et de Zaventem, y séjournant lors de l’attaque de Nice le 14 Juillet, Ilunga a découvert le visage européen de la peur… »
Colette Braeckman – Le Soir