L.U.C.A

Conception, texte et interprétation : Hervé Guerrisi et Grégory Carnoli

Prix Maeterlinck 2019 de la meilleure mise en scène

Présentation

Nous sommes Grégory Carnoli et Hervé Guerrisi. En général, quand on nous demande d’où nous venons, nous avons la même réponse : je suis italo-belge. Nous le sommes tous les deux. Jusqu’où sommes-nous semblables ? Jusqu’où nos parents sont-ils semblables ? Et surtout, jusqu’où nos grands-parents migrants sont-ils semblables aux nouveaux migrants ?

Pour répondre à ces questions, nous voulons fouiller nos généalogies et donner la parole à nos familles, à nos proches à travers des enquêtes, des témoignages et des entretiens. Pour autant, face aux réactions xénophobes rencontrées, parce que nous sommes en famille, la seule porte de sortie, c’est le silence… Et face à ce silence, il devient difficile de répondre à la question de nos origines en remontant à la souche.

Mais tout d’abord, il faudrait définir ce qu’est la souche. On entend souvent parler de québécois de souche, de français ou d’italien de souche. La souche comme la souche de l’arbre.

L’arbre…généalogique. Il y a donc une logique…Mais quelqu’un qui serait de souche, ne serait-ce pas tout simplement quelqu’un dont les ancêtres ne sont jamais sortis de chez eux ? Une souche, n’est ce pas au final quelque chose d’immobile depuis toutes ces générations ? Nous voulons donc remonter plus loin, aux origines de ce qui est vivant. Nous voulons remonter scientifiquement à l’origine indivisible de notre existence. Le dernier ancêtre commun universel (D.A.C.U.) est le plus ancien organisme (datant d’environ 3,5 à 3,8 milliards d’années) dont sont issues absolument toutes les espèces vivant actuellement sur Terre. 

L’acronyme L.U.C.A. venant de l’anglais « Last Universal Common Ancestor » est le plus utilisé pour désigner ce dernier ancêtre commun à toutes les formes de vie connues actuellement. De la langouste à l’ornithorynque en passant par l’orchidée, l’herbe sur laquelle vous marchez, le chinois, l’arabe, nous descendons tous de L.U.C.A.

Distribution/Mentions 

Conception, texte et interprétation Hervé Guerrisi et Gregory Carnoli
Co-mise en scène Quantin Meert
Regard extérieur Romain David
Mouvement Élia Lopez
Assistanat Laurence Briand
Costumes Frédérick Denis
Création lumière Antoine Vilain
Création sonore Ludovic Van Pachterbeke
Création vidéo Antoine Vilain
Consultance vidéo Arié Van Egmond
Régie lumière-vidéo Antoine Vilain en alternance avec Rémy Brans  
Régie son Pierre Hendrickx en alternance avec Nicolas Oubraham. 

Création Cie Eranova
Production L’ANCRE – Théâtre Royal Coproduction Théâtre National Wallonie-Bruxelles, Théâtre Jean Vilar Vitry-sur-Seine, La Coop asbl, La Charge du Rhinocéros
Aide Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre
Soutien La Cité Maison de Théâtre & Cie et le Théâtre des Doms dans le cadre du programme « Le Réel Enjeu », La Fabrique de Théâtre, 9-9 bis-Le Métaphone, MCA Recycling sprl et le Tax-Shelter du gouvernement fédéral belge
Diffusion La Charge du Rhinocéros.

Informations pratiques

Durée : 1h10
Public : à partir de 14 ans
Code Art et vie : 3004-48

Ce qu’en dit la presse

«Mon premier est un mélange de Belge et d’Italien. Mon deuxième fait de la généalogie comme on joue au ping-pong. Mon troisième cloue le bec aux xénophobes de tous poils. Mon tout est un spectacle à voir absolument.»
Catherine Makereel – Le Soir, 21/02/19

«Efficace vaccin contre le racisme, ce duo sentimentalo-rigolo réussit le défi de démontrer scientifiquement et avec une bonne dose d’humour que si nous ne sommes pas des identiques, nous sommes des semblables.»
Michel Voiturier – Rue du Théâtre, 23/02/19

«La migration, vaste sujet, essentiel, interpellant, incontournable et, par conséquent, souvent présent sur les planches. Un réflexe salutaire. Encore faut-il embrasser la matière avec force, conviction, sincérité voire originalité. «Embrasser», le mot ne surgit sans doute pas au hasard tant il sied à la générosité de Gregory Carnoli et Hervé Guerrisi.»
Laurence Bertels – La Libre, 21/02/19

«Avec ses deux compères s’adressant directement au public devant un grand écran vidéo régulièrement utilisé, L.U.C.A. se range dans la catégorie de ces spectacles si pas éducatifs du moins édifiants, hybrides entre théâtre et conférence.»
Estelle Spoto – Le Vif, 27/02/19

«Un spectacle à conseiller, à faire découvrir, à voir et à revoir. Un message d’espoir pour un avenir commun et solidaire.»
Julia Garlito Y Romo – Le Bruit de Bruxelles, 03/04/19