Le Choeur d’Ali Aarrass

Il n’y a pas de voix plus puissante que celle d’un homme
qui réclame le droit, qui réclame sa voix.

Texte et mise en scène:  Julie Jaroszewski 

Avec Farida Aarrass, Diana Abouzeid, Sophie Delacollette, Felisa Cerceda, Oriane Calligaro,  Maud Cattiaux, Marie-Francoise Cordemans,  Noémie Décroix, Mahdiya El-Ouiali, Nadia Fadil, Annabelle Giudice, Anais Moffarts, Hélène Morvan, Sylvie Olivier, Nadège Ouedraogo,  Laurence Petit, Christine Pierard, Nathalie Preudhomme, Catherine Rans,  Nadège Ouedraogo, Célia Tranchand 

Présentation

Un chœur de femmes rassemblées dont les voix s’élèvent et s’entremêlent « pour Ali ». Citoyen belgo-marocain, Ali Aarrass a été soupçonné de terrorisme et arrêté en Espagne en 2008. Jugé et ayant bénéficié d’un non-lieu, il est ensuite illégalement extradé vers le Maroc, où il n’a pourtant jamais vécu. Il y est emprisonné depuis 2010 à la suite d’aveux obtenus sous la torture. Amnesty International ainsi que de nombreux artistes belges ont appelé plusieurs fois le ministère des affaires étrangères à intervenir. En vain.

Soudées autour de Farida Aarrass, la sœur d’Ali, militantes, comédiennes, chanteuses professionnelles et amatrices se mobilisent et puisent leur force dans cette sororité. La musique et le théâtre redonnent de la puissance à leur action afin d’échapper à la tragédie. Une tragédie au continuum colonial depuis 1492, que Julie Jaroszewski traduit en 5 actes afin d’exposer le récit complexe d’Ali Aarrass et le remettre en jeu. A travers cette histoire c’est bien l’histoire de tous les binationaux qui est au centre du propos.

Distribution/Mentions 

Texte et mise en scène: Julie Jaroszewski 

Collaboration à l’écriture: Farida et Ali Aarrass, Alex C., Ludovic Drouet, Nadia Fadil, Luk Vervaet

Assistante à la mise en scène
Anne Festraets

Création musicale
Célia Tranchand

Création vidéo
Pauline Fonsny

Scénographie et lumière
Aurore Leduc

Confection des cartes
Sylvie Olivier

Confection des masques
Laurence Petit

Costumière
Houria El-Ouazghari

Avec
Farida Aarrass, Diana Abouzeid, Sophie Delacollette, Felisa Cerceda, Oriane Calligaro,  Maud Cattiaux, Marie-Francoise Cordemans,  Noémie Décroix, Mahdiya El-Ouiali, Nadia Fadil, Annabelle Giudice, Anais Moffarts, Hélène Morvan, Sylvie Olivier, Nadège Ouedraogo,  Laurence Petit, Christine Pierard, Nathalie Preudhomme, Catherine Rans,  Nadège Ouedraogo, Célia Tranchand

Production
La Baleine Noire asbl, Insaf Takkal, Christine Pierard, Annabelle Guidice, Leïla Di Gregorio, Julie Jaroszewski, Rose Alenne

Avec le soutien de La Fédération Wallonie-Bruxelles, Maison des cultures de Saint-Gilles, La Paséthèque Royale, Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Production déléguée et diffusion La Charge du Rhinocéros

Informations pratiques

Durée : /
Public : /
Code Art et vie : /

Ce qu’en dit la presse

«…Mise en scène et décor volontairement sobres et fragiles… Comme dans un très lent
ballet, au son de l’eau qui coule, les femmes lavent des draps blancs. Des draps, comme des
voiles qui cachent l’horreur de la torture, se lèvent petit à petit, révélant des tâches de sang,
celui de la torture. »

Luk Vervaet

« Une pièce pleine de sobriété ; sans fioritures et sans verser dans le larmoyant : les faits de
torture et d’injustice qu’a subi Ali, le combat de sa soeur, rien d’autre. »

Claire David – L’Echo