Elle et mon genre

La Vénus de Milo, la regarde-t-on parce qu’elle est belle ? Ou est-elle belle parce qu’on la regarde ?

De et par Alberto García Sánchez

Présentation

De quel droit, se met-il à parler de cette autre moitié de l’humanité à laquelle il n’appartient pas ? C’est la question qui obsède cet homme, comédien à qui l’on demande un jour de concevoir un spectacle qui traite de la condition féminine. Une nuit, l’obsession le cède à l’angoisse et il rêve qu’il échange son corps avec celui de sa femme. Devant l’impossibilité de se réveiller, c’est dans le rêve qu’il… ou devrait-on dire « elle » ? Bref ! C’est dans le rêve qu’il/elle doit honorer son engagement, et comme il n’y a pas d’autre solution, c’est sa femme, avec son corps à lui, qui monte sur les planches…

Ce préambule largement inspiré de faits réels, c’est le début d’un récit à plusieurs histoires… Celle de la femme qui rencontre l’enfant qu’elle a décidé de ne pas avoir…Celle de cette jupe qui cherche désespérément quelqu’un qui puisse la raccommoder…Ou encore cette parabole clairvoyante du prince qui voulait à tout prix qu’un magnifique oiseau reste vivre dans son salon pour qu’il puisse l’admirer depuis son fauteuil…

Autant de légendes et d’histoires vraies collectées par Alberto Garcia Sanchez au gré de ses pérégrinations un peu partout sur la planète et qui ressurgissent à point nommé au moment où les droits des femmes se posent à nouveau de façon cruciale.

Distribution/Mentions 

De et par Alberto García Sánchez.
Collaboration rédactionnelle de Magali Armengaud
Avec la collaboration artistique de Sigrun Kilger, Manon Dumonceaux et Anne Marchionini

Production : Théâtre Octobre, le Festival Interculturel du Conte de Montréal, Conte et littérature (Brabant Wallon) et le Festival Contes Givrés.

Avec le soutien de la Charge du Rhinocéros, du Centre culturel les Riches-Claires et de Spain Arts & Culture de l’Ambassade d’Espagne en Belgique.

Ce qu’en dit la presse

« … une vraie réussite, un véritable bijou de finesse, d’humour et de virtuosité verbal… Avec cette nouvelle création, Elle et mon genre, Alberto Garcia Sanchez élève une fois de plus le conte à un niveau d’excellence vraiment appréciable et parvient à séduire tous les types de publics… »
Cristina Marino (Le Monde)

« … Alberto Garcia ne s’affiche pas dans les grands théâtres, mais se produit régulièrement. Il faut aller le chercher au coin d’un festival ou d’une petite salle. Personne ne le regrettera »
Eric Libiot (L’express)

« …. Alberto Garcia Sanchez, jongleur du XXIe siècle ? À n’en pas douter… Aujourd’hui, en France et dans une Europe en crise, convoquons les jongleurs jubilatoires, libres penseurs et mobilisateurs, et écoutons-les parler de notre présent, de la précarité, du pouvoir et d’une certaine injustice sociale… »
Fabien Rabatel (Sud-Ouest)